152 posts / 0 nouveau
Dernière contribution
Blade
Portrait de Blade
Offline
Last seen: Il y a 1 semaine 3 jours
Joined: 21/08/2012 - 10:32
Puisqu'apparemment il y a

Puisqu'apparemment il y a encore du monde qui passe par ici de temps en temps, ça faisait quelques temps que ça me démangeait de faire un petit post sur les séries animées US. Si les anime sont souvent assez connus/suivis par les fans, pas mal de séries animées US passent un peu inaperçues en France (sorti des Simpsons et des différentes copies, de South Park et d'Avatar), et c'est parfois dommage. 

On commence avec Gravity Falls. Au début, ça peut faire peur : une série pour enfant de Disney Channel, sérieux ? En réalité c'est très bon. Ca suit deux enfants au bord de l'adolescence qui se retrouvent chez leur grand oncle dans une petite ville paumée : Gravity Falls. Dès le premier épisode, ils découvrent que la ville cache tout un tas de trucs surnaturels qui seront développés pendant deux saisons. 

La série a deux gros atouts : elle est drôle et elle sait mettre en place un métaplot et gérer la continuité. Et contrairement à d'autres séries comiques, le développement de l'histoire ne nuit pas à l'aspect comique. 

Tant qu'on est chez Disney, j'en profite pour mentionner Star vs The Forces of Evil (surtout pour certaines qui se reconnaitront). Le premier épisode vaut largement le coup, avec une princesse magique complètement délurée qui chevauche des licornes sauvages et fait apparaitre des chiots lasers. Par contre, vous pouvez vous économiser du temps en ne regardant pas la suite, qui n'arrive que très rarement à rester au niveau.

Et encore dans les séries "pour enfants", je ne peux ne pas mentionner Steven Universe. Un gamin humain "ordinaire" vit avec des entités féminines aux pouvoirs magiques et les accompagne tant bien que mal dans leurs missions, apprenant au passage à développer ses propres pouvoirs. C'est assez long à se mettre en place, une bonne partie de la première saison est assez plate, mais ça vaut le coup de s'accrocher.

Au fur et à mesure, la série se complexifie et se met à traiter pas mal de thèmes, souvent de manière assez subtile, on se retrouve même à un moment avec une métaphore d'une relation abusive. C'est une série clairement progressiste, dans laquelle le personnage principal est un personnage masculin "de soutien" (aussi bien au niveau de son comportement que de ses pouvoirs) et les personnages "d'action" sont des personnages féminins. C'est aussi une série où l'anéantissement de l'adversaire est bien souvent l'échec d'une résolution pacifique plutôt qu'une victoire.

Difficile après coup de parler de séries "adultes" quand je vois ce dont je vais parler, mais tant pis.

On va commencer avec Harvey Birdman, qui date un peu mais peut valoir le coup, quand bien même c'est très inégal. Ca suit l'ancien super-héros d"Hanna Barbera Birdman, qui est maintenant Harvey Birdman, un avocat qui va défendre d'autres personnages d'Hanna Barbera (comme Sammy et Scooby-Do, accusés de consommer de la drogue (on parle de deux membres d'un "gang" qui passent leur temps à rigoler bêtement et à avoir faim après tout) face à ses anciens ennemis. Au début, la série joue surtout sur l'absurdité des concepts des personnages et séries d'Hanna Barbera, en les replaçant dans d'autres cadres. Puis elle développe ses propres personnages et les affaires deviennent plus l'arrière plan des frasques de divers personnages déjantés. Mention spéciale à Phil Ken Sebben, magistralement joué par Stephen Colbert.

Encore dans le pas trop récent, on a Drawn Together. Le genre de série qu'on a parfois honte d'aimer. Des cartoons de différents univers (un super-héros, une princesse disney, un clone de Link et un de Pikachu, etc.) se retrouvent ensemble pour une télé réalité. C'est trash, politiquement incorrect mais c'est souvent très drôle.

On arrive ensuite à Archer. Pour ceux qui ont aimé Arrested Development, n'hésitez pas, c'est globalement les mêmes personnages, mais dans une agence d'espionnage, et ça joue beaucoup moins sur les quiproquos. L'humour d'Archer c'est surtout les personnages tous plus ou moins fou à leur manière, les citations récurrentes, tous ces trucs qui font qu'on apprécie de voir un nouvel épisode, même si pris indépendamment on l'aurait pas forcément apprécié, ou tout du moins pas autant. On retiendra en tout cas sa superbe gestion des anachronismes, en reprenant tout simplement le meilleur de différentes époques : les ennemis sont des agents du KGB et les ordinateurs sont des grosses machines avec des bandes magnétiques, mais on va trouver aussi des smartphones et d'autres éléments contemporains. 

Passons maintenant à une série qui a malheureusement souffert de la comparaison avec Archer, puisqu'elle n'a en réalité pas grand chose à voir au niveau de ses ressorts : Moonbeam City. Pour le coup, le trailer parle très bien de lui-même. On est dans une ambiance totalment Synthwave, et on suit Dazzle Novak, le flic #1 de la police de Moonbeam City, tout en style et rien en substance. C'est pas vraiment une série intellectuelle, mais qu'est-ce qu'elle m'a fait rire.

Et terminons avec Rick and Morty, le duo inspiré de Doc et Marty, mais avec un Rick plus imbu de lui-même, plus grossier et bien plus je m'en-foutiste, et un Morty bien moins sûr de lui. C'est pas mal du tout, les épisodes sont variés et toujours plein d'idées absurdes. Là encore le trailer officiel montre bien ce qu'on peut attendre de la série.

_____________________________________________ Muscles, sang, sexe, intelligence... et carreaux.

Pages